We killed my parents and hit the road


I think these are my favorite Sonic Youth’s sleeves, and Goo’s is probably my favorite ever with Laurie Anderson’s « Big Science« . Those records both got a huge sentimental value. Evol is the first I get when I used to model in exchange of CD’s and books and it reminds me of this time of my life I used to spend all my money for independent and old movies at cinema , rather than for food. I think at one point « Mamma Roma » cost me my health (Couldn’t stop seeing it on big screen…). And about Goo, well… there is this song.

I feel like a prick, using music I love in one goal… Talking ’bout shoes. And Dirty Boots is my introduction to that. Very subtle. Anyway, during seven years, I wore the same shoes everyday. Some brown bikers from Sendra that I love but that are falling apart. With ’em, I walked through eleven different countries and kicked some asses. They were my companions on Slovenian roads’ hitch hiking, they saw Chuck Berry playing live, they even jumped on a bed in a luxury hotel just before ending into a giant jacuzzi…

That’s probably why I feel a bit guilty when I long for those :

   

      

Pour lire le texte en français, cliquer ici :


Je crois que ce sont mes pochettes favorites du groupe Sonic Youth, et Goo est probablement celle que je préfère tous groupes confondus avec le « Big Science » de Laurie Anderson. Ces albums, ont une grande valeur sentimentale à mes yeux. Lorsque je posais pour des artistes en échange de CD et de livres, Evol a été mon premier salaire, et il me rappelle cette période de ma vie où je dépensais tout mon argent dans les cinémas d’art et d’essai au lieu de m’acheter à manger (au point de mettre en péril ma santé pour « Mamma Roma« ) et concernant Goo… Il y a  cette chanson.

Dirty Boots, qui est une chanson que j’adore est ici une simple introduction à de bêtes considérations sur les chaussures. Subtile non?

Pendant sept ans, j’ai porté les mêmes chaussures tous les jours. Des bikers brunes de chez Sendra que j’adore mais qui commencent sérieusement à tomber en morceaux. Avec elles, j’ai marché à travers onze pays différents, et botté quelques culs. Elles ont été mes complices lorsque je faisais du stop sur les routes Slovènes, elles ont vu Chuck Berry en concert, elles ont même sauté sur le lit kig size d’un hôtel de luxe avant de finir dans le jacuzzi…C’est probablement pourquoi je me sens un peu coupable de désirer tellement fort celles-ci :

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :