The early 00s

Back in the time, when I was around 12/13 years old, I was still going to high school, still thinking that I could stand teachers’ superiority complex and student’s gossips. This age is to me a crucial turn because that was just before I started ditching school  for going to the skate park near the river port, spending nights wandering the streets or crashing at punk clubs, waking up at stranger’s, and going on crazy adventures with my first boyfriend.

I tried to remember who was my heroines back then. At first I could only think of my huge admiration for David Cooper that was probably the most important thing to me (psychiatry and anti psychiatry was my bedside book), and then, slowly, some TV characters and r’n’b divas started to pop up.

Destiny’s Child : When I was a kid, I wanted to be a spice girl. Being in a band with other girls, wearing giant shoes, having fun, living in a trunk, and being a part of the girl power. The Destiny’s child are the level two. I wanted to be in a band with other girls, being sexy and confident, and turning my words into impressive vocals. Independant women was my anthem, and The Writing’s on the wall was my most precious possession.

Aaliyah : I remember myself singing I refuse in broken English, bringing my precious CD everywhere with me, and hanging on my bedroom’s wall a printed poster of her that I gained into an r’n’b fanzine. Kurt Cobain died when I was six years old and I was too young to give a damn, and now, even if I prefer Nirvana’s songs than Aaliyah’s, I can say that her death was THE tragic moment in music of my life. Parents remember what they were doing when Kennedy get killed, I remember what I was doing when Aaliyah died.

Lane Kim : I never really could stand Rory Gilmore. She was too perfect and haughty, and even if I was the same kind of a book person, I was feeling closer to her sidekick. I grew up with a broke mom that always taught me that everything was too expensive for us, and since her words were like The Bible to me, I thought that a CD would cost me something like a hundred bucks. With Lane Kim, I started to understand that I could buy second hand records and stop being a radio slave. Her musical culture/obsession inspired me a lot and got me into a frenetic research by diging into the History of rock’n’roll that still lasts. Also, I just could admire the fact that she knew exactly who she was, what she wanted, and gave it a chance despite her hilarious family and religion issues.

Ling Woo : Ally Mc Beal was my favorite TV show at this time and I loved all the characters (maybe except Billy despite those very cool 40s vibes in the outfit) but Ling was my favorite. I guess that at first, it was because she was Asian and I was desperatly looking for some Asian models that I couldn’t have at home, but then her agressive attitude, her solitude, her funny sex statements, her loyalty to Nelle Porter, her smartness, and her social clumsiness got me. I also was captivated by her independance and her multitasking power. I can’t remember how many firms she runed but it was impressive and always unexpected.  My best Ling memory was when I saw her hiding to cry when the leucemian boy died. I was the kind that show their feelings, and this reserve sounded so beautiful to me. Also, I was a bit jealous of her ability to hate people.

Max Guevara : Why does Jessica Alba keep ruining my memories? How is it possible that the strong, funny, intelligent, strangely beautiful, superhero Dark Angel turned into a romantic comedies supply? She was the perfect woman and I was longing to be like her. I even tried to curl my hair which was stupid since what I admired was her strength, her sense of justice and loyalty, her decency, her friendship with Original Cindy!  Max Guevara was also mysterious. She had to deal with a terrible secret and lived two parallel lifes… Even three, and she needed night face to face with herself to put words on her feelings. The post-apocalytical world she was gliding in was some kind of dreamy to me ; Less properties, less organisation, more sense of improvisation, which was probably reflecting the Max’s animal side. But probably what I liked most about her was that she was this type of person that can adapt to the worst but never gets used to it.

Mai Hem : After her first appearance in Heartbreak High framed by a couple of cops because of a scandal in an art gallery, it was so obvious that I would love her! She was an artist, a badass, and she always took stands for what seemed fair to her. I remember for example this episode when everybody thought she was lesbian and instead of spoiling energy refuting, she just pointed out the fact that it shouldn’t be such a big deal. She was also a little twisted and never had any interesting love story line, but she had a voice and that was what mattered.

I was really hooked to my time and embrassed the pop culture which I could never be able to do again since then.

Pour lire le texte en français, cliquer ici :

Lorsque j’avais environ 12/13 ans, j’allais toujours au collège, je pensais toujours que je pourrais supporter le complexe de supériorité des profs et les cancans débiles des élèves. Cet âge est un tournant crucial de ma vie car c’était juste avant que je commence à sécher les cours trois mois sur quatre pour aller au skate park sur le port, passer des nuits à errer dans la rue ou me réfugier dans les boîtes punk, me réveiller chez des inconnus et vivre des aventures extraordinaires avec mon premier copain.

J’ai essayé de me souvenir de qui étaient mes héroïnes alors. Au début, je n’arrivais pas à me souvenir d’autre chose que de mon immense admiration pour David Cooper, et qui était la chose la plus important à mes yeux (« Psychiatrie et anti-psychiatrie était mon livre de chevet), et puis, petit à petit, des personnages de séries télé et des divas du r’n’b ont commencé à resurgir.

Destiny’s Child : Quand j’étais enfant, je voulais être une spice girl. Etre dans un groupe avec d’autres filles, porter des chaussures massives, m’amuser, vivre dans un camion, et faire partie du girl power. Les Destiny’s child sont le niveau deux. Je voulais être dans un groupe avec d’autres filles, être sexy et sûre de moi, transformer mes mots en vocalises impressionnantes.  Independant women était mon hymne, et The Writing’s on the wall était ce que je possédais de plus précieux.

Aaliyah : Je me souviens de moi chantant I refuse en yahourt, trimballer partout mon précieux CD, accrocher au mur un poster photocopié d’elle trouvé dans un fanzine de r’n’b. J’avais six ans lorsque Kurt Cobain est mort, et j’étais trop petite pour en être affectée, et je dois dire que même si aujourd’hui je préfère Nirvana, la mort d’Aaliyah a été LE moment tragique de l’histoire de la musique que j’ai vécu. Les parents se souviennent de ce qu’ils étaient en train de faire lorsque Kennedy est mort, moi je me souviens de ce que je faisais lorsque Aaliyah est morte.

Lane Kim : Je n’ai jamais supporté Rory Gilmore. Elle était trop parfaite et hautaine, et même si j’étais moi aussi toujours le nez fourré dans un livre, je me sentais beaucoup plus proche de sa meilleure amie. J’ai grandi avec une mère fauchée qui m’a enseigné que tout était trop cher pour nous, et comme ce qui sortait de sa bouche était parole d’évangile, j’étais persuadée qu’un CD devait coûter au moins mille francs! Grâce à Lane Kim, j’ai compris que je pouvais acheter des CD d’occasion et arrêter d’être l’esclave des stations de radio. sa culture/obsession musicale m’ont beaucoup inspirée et m’ont entrainée vers une fouille passionnée de l’histoire du rock qui dure encore aujourd’hui. J’admirais également le fait qu’elle savait exactement qui elle était, ce qu’elle voulait, et qu’elle se donnait les moyens de le vivre pleinement malgré ses hilarants problèmes de famille et de religion.

Ling Woo : Ally Mc Beal était ma série télé favorite et j’aimais tous les personnages (sauf peut-être Bill malgré les inspirations années 40 de son look), mais Ling était ma favorite. Je suppose qu’au début c’était parce qu’elle était chinoise et que je recherchais un modèle asiatique que je ne trouvais pas à la maison, mais ensuite, son attitude agressive, sa solitude, ses théories amusantes sur le sexe, sa loyauté envers Nelle Porter, son intelligence et son asociabilité m’ont séduite. J’étais également captivée par son indépendance et sa façon d’être multitâche. Je ne peux pas me souvenir de combien d’entreprises elle dirigeait mais c’était impressionnant et toujours inattendu. Mon meilleur souvenir de Ling est lorsqu’elle s’est cachée pour pleurer la mort d’un enfant leucémique avec lequel elle s’était liée d’amitié. J’étais le genre de personne qui montre ses émotions, e cette réserve me paraissait magnifique. Je dois aussi dire que j’étais très jalouse de sa capacité à haïr les gens.

Max Guevara : Pourquoi est-ce que Jessica Alba s’évertue à détruire mes souvenirs?! Comment est-il possible que la forte, drôle, étrangement belle, super héroïne qui plus est, Max Guevara, se soit transformée en matériel à comédies romantiques? C’était la femme parfaite et je rêvais d’être comme elle. J’ai même essayé  de boucler mes cheveux, ce qui était stupide puisque ce que j’admirais chez elle était sa force, son sens de la justice et de la loyauté, sa décence, et son amitié avec  Original Cindy!  Max Guevara était également mystérieuse. Elle devait composer avec un terrible secret qui l’obligeait à vivre deux vies parallèles… même trois. A tel point qu’elle avait besoin de face à face nocturnes avec elle-même pour articuler ses sensations et pensées. Le monde post apocalyptique dans lequel elle évoluait me faisait aussi rêver ; moins de possessions, moins d’organisation, plus de sens de l’improvisation, ce qui reflétait probablement le côté animal de Max. Mais ce que j’aimais le plus chez elle, c’était qu’elle pouvait s’adapter aux pires situations sans jamais s’y habituer.

Mai Hem : A son arrivée dans Hartley coeurs à vif, entourée de deux flics à cause d’un scandale dans une galerie d’art,il était évident que j’allais l’adorer. Elle était une artiste, elle était super et prenait toujours le partit de ce qui lui semblait juste. Je me souviens, par exemple d’un épisode où tout le monde pensait qu’elle était lesbienne, et au lieu de dépenser son énergie à prouver que c’était faux, elle a tenté de pointer du doigt l’homophobie ambiante. Elle était un peu tordue et n’a jamais vraiment eu d’histoire d’amour intéressante, mais peu importe, elle avait une voix et c’est ce qui comptait.

J’étais véritablement ancrée dans mon époque et embrassait la culture pop, ce que je n’ai plus jamais été capable de faire jusqu’à présent.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :